Bayer va-t-il racheter le géant Monsanto au prix fort ?

Il est tout à fait légitime de se demander jusqu'à quel point Bayer souhaite investir pour acquérir Monsanto. Ce pari peu risqué peut être une bonne occasion pour apprendre à devenir trader. La prise de risque du géant allemand reste moyenne voir limitée tant sa puissance est grande sur les marchés. De plus le jeu en vaut la chandelle. Si Bayer remporte son pari elle deviendra une société mondiale quasi-intouchable dans son secteur d'activité.

Vaincre le scepticisme

Peut-être la mariée est-elle trop belle toujours est-il que les investisseurs sont frileux lorsqu'il s'agit d'acheter des actions Bayer en ce moment. A Francfort le titre a quand même perdu 2,66% jeudi dernier. Les analystes ne partagent pas les points de vue des économistes de Bayer. Ils trouvent que la société est déjà très endettée. Leurs interlocuteurs ont beau leur répéter que cette acquisition leur fera économiser 1,5 milliards de dollars en 3 ans, ils n'en n'ont cure. Ils craignent que le plan financier soit un peu trop optimiste et que le prix à payer pour le rachat soit trop élevé.

Rétablir le prestige de la marque

L'autre problème lié au rachat de Monsanto est la réputation sulfureuse de cette dernière. Particulièrement visée par les écologistes et activistes de tous bords, la société est ouvertement critiquée pour sa position sur les OGM. Bayer réplique que leurs activités seront amplement complémentaire et que cela vaudra bien 122 dollars l'action. Le patron de Bayer lui-même s'engage à regagner la confiance des consommateurs et à effacer les tâches de la réputation de Monsanto. De toute façon dans de nombreux pays non européens les OGM sont bien acceptés et Monsanto est considéré comme un bon placement argent. L'avenir dira si la prime de 37% que Bayer fait entrevoir par rapport au cours du mois de mai sera assez convaincante pour les investisseurs. Il serait dommage de payer cher pour une entreprise largement décriée.