Bruxelles : proposition pour créer des produits financiers paneuropéens

Jeudi, Bruxelles présentera une proposition pour la création de produits financiers paneuropéens qui seront accessibles à tous les Européens profitant d’un même label.

Projet de produits financiers paneuropéens 

La Commission européenne va présenter, ce jeudi, une proposition qui fait partie d’un projet de constitution d’une Union des marchés de capitaux (UMC). Il s’agit d’un label européen qui permettra à des entreprises financières (assurances, banques, gérants d’actifs) de proposer à leur clientèle, dans toute l’Union européenne, le même placement pour financer leur retraite.

Ce label européen garantira des produits simples et transparents qui répondront à des normes précises, comprenant 5 profils suivant le type de risques. Les consommateurs auront la possibilité de passer facilement d’un pays à un autre avec leurs placements.

Considérations démographiques 

Actuellement, on compte un retraité pour quatre actifs dans l’Union européenne mais, en 2060, ce ratio devrait être d’un retraité pour deux actifs. La retraite par capitalisation va donc devenir une nécessité pour pallier aux manques du système par répartition. Sa marge de progression est énorme puisqu’aujourd’hui seulement 27 % des Européens, ayant entre 25 et 59 ans, investissent dans ce genre de placement. 

Secteur porteur 

Bruxelles a mis le doigt sur l’énorme potentiel que représentent les produits financiers paneuropéens. Le secteur financier vise une cible européenne. Les particuliers, de leur côté, obtiendraient des produits concurrentiels moins onéreux et plus performants.

D’autre part, le but est de s’adapter à la mobilité des Européens, ce placement suivrait la personne s’installant dans un autre pays de l’Union européenne, y compris, et surtout, pour ses vieux jours.

Conséquences du système 

Il est probable que ce système entraîne un effet de consolidation : les grands groupes tireront de gros avantages de ces produits paneuropéens. De plus, ces produits induiront une convergence fiscale sur les revenus du capital au sein de l’Union puisque les produits financiers sont taxés de manière différente dans les pays qui la composent.

D’ailleurs, Bruxelles envisage d’inviter ses Etats membres à appliquer le même barème de taxation que celui en vigueur pour leurs produits nationaux. L’épargnant serait alors tenté de chercher le territoire le plus avantageux pour un placement argent ou pour acheter des actions. Il pourrait également envisager de devenir trader dans le pays de l'Union de son choix.