Les marchés accrochés aux annonces de Yellen

La présidente de la FED, Janet YELLEN, devra être particulièrement claire au cours de son discours aux présidents des banques centrales, pour pouvoir relever sereinement ses taux directeurs en septembre.

Vendredi, Janet YELLEN sera le point focal du symposium qui rassemble les présidents des banques du monde entier dans le Wyoming.

Même si le contexte mondial est différent, comme en 2015, la question de l’augmentation ou non des taux directeurs de la FED occupe tous les esprits. La FED va-t-elle poursuivre la normalisation de sa politique monétaire amorcée en décembre dernier ?

Les données économiques sont très contrastées : une croissance économique américaine décevante, une inflation globale faible, une bonne tenue du marché du travail avec un taux de chômage inférieur à 5% marquant une tendance inflationniste. Avec de telles conditions, il n’y a pas de position évidente qui s’impose.

Interrogations sur une hausse modérée des taux

Plusieurs gouverneurs ont plaidé pour une hausse modérée des taux pour que la FED garde le cap qu’elle s’est fixée.

Les marchés, avec les investisseurs qui réalisent des investissement et placement argent, ne s’attendent pas à un relèvement des taux directeurs de la FED pour septembre. De même, ceux qui s’apprêtent à acheter des actions et aussi ceux qui sont en formation pour devenir trader sont attentifs à ce qui va être dit. En conséquence, la présidente de la FED devra faire preuve de pédagogie, si elle veut annoncer des hausses de taux directeurs.

Cette tension autour des taux directeurs risque de faire perdre de vue le thème du symposium, à savoir « la conception d’un cadre robuste de politique monétaire pour l’avenir ».

Benoit Coeuré pour la banque centrale européenne et Nema Shafik pour la Banque d’Angleterre devaient intervenir sur le sujet en s’appuyant sur l’action de leurs institutions respectives.

Leur objectif ultime était d’appeler les Etats à une intervention plus dynamique en vue de relancer la croissance.