Youtube : un modèle encore peu rentable mais plein de perspectives

Difficile d’avoir accès à des données économiques précises concernant Google et ses filiales. Google publie peu, le minimum même. En conséquence, tous les acteurs économiques sont à l’affut du moindre détail, et la presse spécialisée n’est pas en reste. Et lorsqu’un chiffre sort, il peut vite faite la une des spécialistes.

Légère déception sur le chiffre d’affaire

Cette semaine, le journal spécialisé The Information révèle que le chiffre d’affaire de Youtube -qui, rappelons-le, est une filiale de Google depuis son rachat en octobre 2006 - serait certes positif mais nettement moindre qu’espéré, avec un chiffre d'affaires net de 1,5 milliard de dollars (pour un volume d'affaires global de 3,5 milliards de dollars). En deçà donc des chiffres avancés par un des plus gros spécialiste du marché, le cabinet eMarketer, qui avait estimé des chiffres respectifs de 1,96 et 5,6 milliards de dollars. La croissance attendue pour 2014 de la publicité vidéo en ligne reste cependant importante (>40%) et donc, même si on se trouve toujours dans un marché modeste par rapport à celui des autres domaines publicitaires, le coût moindre de la publicité web, sa croissance et l’évolution rapide des modèles en font un secteur à suivre de près.

L’essor des chaines payantes

Ces dernières années, le modèle économique de Youtube évolue petit à petit : de nombreuses initiatives vers de nouveaux vecteurs de rentabilité ont vu le jour et devraient se développer plus avant en 2014. On pense en particulier non seulement à la croissance des publicités précédent ou s’intégrant aux vidéos, mais aussi à l’apparition des chaines thématiques et des chaines payantes ainsi qu’au début d’un streaming musical payant. Notons également les développements connexes voulus par Google, comme la possibilité de diffuser les contenus YouTube directement sur un téléviseur via la clé Chromecast ou l’Android TV. Enfin, même si pour les grandes compagnies, la publicité en ligne n’a pas encore valeur de priorité, il est intéressant d’observer que la publicité permet à certains internautes auteurs de vidéos artisanales, comiques ou centrées sur les jeux par exemple, de récolter des sommes significatives via les publicités côtoyant leurs créations. Des somme dépassant parfois le million de dollars...